Opinions de psychologues

Sylviane LIBERGE, Psychologue clinicienne:


 "L’adolescence, le passage de l’enfance à l’âge adulte… Période de remise en question, période de quête identitaire et de recherche de repères… Le groupe revêt alors une importance « vitale » pour l’adolescent. Et appartenir à un groupe, c’est aussi « être tendance », une des principales préoccupations de nos ados. Et la mode dans tout ça ?

Le groupe d’appartenance indique à l’ado quel vêtement porter pour appartenir au groupe, pour être « stylé ». Les codes vestimentaires commencent très tôt (souvent dès 6 ans). Mais à l’adolescence, ces codes prennent une ampleur que les sociologues appellent « le phénomène tribal ». Véritable groupe d’influence, la mode est venue s’intéresser de très près à ces codes afin de mettre en place ce que l’on nomme le « marketing tribal », le meilleur moyen de toucher la cible ado dont les caractéristiques demeurent bien spécifiques et particulières.

Nous savons que la mode tient une place non négligeable dans la vie quotidienne. Ne serait-ce que parce que nous renvoyons une image aux autres et que cette image passe tout d’abord par le style de nos vêtements. Qu’on le veuille ou non, tout le monde tient compte de la façon dont l’autre est habillé ! Cette première impression visuelle… donnant une idée de la personnalité, mais aussi tout un tas d’autres informations.

Nos ados aussi se basent sur cette première impression. Et à cette période de la vie, où on doute particulièrement de soit, l’impression que l’on va donner aux autres peut devenir une obsession. Pas tant dans une recherche de se démarquer, mais plutôt dans une recherche de conformisme. Mais un conformisme par rapport à son groupe de pairs… Et plus ça choque les adultes, plus c’est réussi !

Ainsi, la mode des ados est fluctuante : nous avons connu la gracieuse mode des bas de jean enfoncés dans les chaussettes de tennis… Ou encore celle plus récente des jeans sous les fesses pour laisser voir le caleçon ou le string… Aujourd’hui, nous avons également la mode coiffure chez les garçons avec la mèche qui balaye le crâne… Ce qui me fait penser un peu aux coiffures « playmobil ». Mais chut, il ne faut pas trop leur dire !

 

Ainsi décrit, cela prête à sourire bien entendu. Pour autant, la mode vestimentaire de nos jours agit sur le comportement social des adolescents. Et malgré les avantages qu’elle peut présenter (sur l’intégration, la socialisation ou encore l’identification), elle revêt également des dangers qu’on ne peut ignorer.

Comment ne pas être happé par cet univers quand, dans votre dos, vous vous faites traité de nul, de ringard… ? Des injures particulièrement blessantes à cet âge. Alors, pour être comme les autres, on suit la mode, à l’aveuglette, ne se doutant pas des dangers qui les menace. Parmi ces dangers, nous retrouvons des jeunes qui sont capables de tout pour obtenir LE vêtement « stylé » avant tout le monde. Certaines filles (et mêmes certains garçons) vont jusqu’à se « prostituer » (deux euros contre un baiser par exemple). Alors que d’autres « volent » dans le portefeuille des parents. Certains passent une grande partie de leur journée sur internet à la recherche d’information sur les sorties vestimentaires, ou sur ce que mettent les acteurs à la mode en ce moment (identification)… négligeant ainsi leur cours.

Bien ou mal, peu importe en fait car la mode a ses aspects positifs comme ses aspects négatifs et nous ne pouvons avoir une vision si manichéenne. Encore une fois, c’est l’excès qui est néfaste. Or l’adolescence jongle continuellement avec les limites, allant très facilement dans les excès afin de rencontrer les limites. Quel est alors notre rôle, nous adultes ?"

 

 


 

 

 Jennifer GRIMARD, psychologue:


"La mode constitue le reflet d’une société à un moment donné, ainsi les parents peuvent se sentir désemparés face aux comportements de leurs adolescents. Ils vont chercher à se construire et à s’affirmer au travers d’une attitude et d’un look opposés à celui de leurs parents. Cela va leur donner la sensation d’être originaux. Toutefois la mode et ce besoin d’identification peuvent avoir des effets pervers. La mode ne concerne pas seulement l’aspect vestimentaire mais inclue aussi certaines pratiques, qui vont souvent de pair avec le fonctionnement du groupe. Au seul prétexte de faire comme les autres et de ne pas être montré du doigt certains adolescents vont adopter des conduites à risque, boire de l’alcool à outrance, consommer de la drogue. De nouvelles tendances apparaissent qui peuvent pousser les jeunes  à adopter des comportements extrêmes. L’appartenance à un groupe va accentuer les attitudes dangereuses : scarification, piercings réalisés sans précautions d’hygiène. Poussés par des influences extérieures comme les médias certains vont mettre leur santé en danger avec l’exemple de l’anorexie afin de se rapprocher, selon eux, d’une certaine norme et des modèles mis en avant par la société. Vouloir suivre la mode est complètement normal mais cela n’implique pas d’avoir des conduites à risques.

La mode n’est pas l’apanage de l’adolescence, toutefois cette période est marquée par le besoin d’identification à un groupe et aussi le désir de se distinguer de la cellule familiale, des parents. Ces comportements vont progressivement s’estomper à un moment ou le jeune adulte parviendra à une certaine maturité et se sera ainsi progressivement construit une identité singulière."


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site