Créer un site gratuitement Close

1) L'habillement a toujours eu de l'importance chez les jeunes

TPE

Introduction:


  Depuis que l'industrialisation de la société le permet l'habillement a été une manière pour le jeune de s'affirmer par rapport à ses pairs et ses parents. C'est devenu une étape importante de sa socialisation car le vêtement lui permet d'avoir confiance en soi, voire de séduire. L'habillement est également un code permettant aux jeunes de se reconnaître entre eux; c'est pourquoi on remarque que selon les classes sociales on rencontre différents styles vestimentaires. Enfin par ses vêtements un jeune peut donner un aperçu de sa personnalité, en effet un style peut reflèter les goûts de l'individu, notamment musicaux.

  

 

 

 

 

A) l'habillement: une étape de la socialisation parmi ses pairs


 La façon dont on s'habille et notre mode de vie sont étroitement liés; le vêtement permet notamment, en plus de sa fonction pratique, de se comparer aux autres et d'avoir confiance en soi. C'est aussi un moyen d'intégration pour l'individu.

 

  Les sociologues remarquent que le conformisme vestimentaire atteint son paroxysme au collège. A un âge où les individus sont encore très fragiles et aux personnalités peu affirmées, suivre la mode leur permet de «rentrer dans le moule». C'est la tyrannie de la majorité. Les jeunes cherchent à se ressembler les uns les autres et n'osent revendiquer leurs différences de peur d'être rejetés. En effet on remarque que la plupart des élèves exclus par leurs pairs au collège s'habillent d'une façon différénte, accordent moins d'importance à leur apparence. Ils ne sont donc pas dans la norme vestimentaire.

converse-2.jpgLe conformisme vestimentaire, frappant au collège

 


 Même plus tard, au lycée par exemple où les jeunes peuvent oser montrer leurs différences par un style plus affirmé, du type gothique ou les rasta ( ou autrefois les hippies, punks...), l'habillement est un signe de reconnaissance entre les «tribus». Souvent les jeunes se regroupent selon la façon dont ils s'habillent. En effet adopter un style ne passe pas que pas l'habit et à un style vestimentaire correspond souvent une manière de penser. Par exemple, les gothiques sont réputés vouer une fascination à la mort.

  Les réactions suscitées par des individus au style peu commun sont variées; tout d'abord au sein de sa famille, les parents peuvent s'opposer à ce que leur enfant se différencie trop des autres dans leur apparence. Ensuite, cela pourra entraîner des moqueries et des regards inquisiteurs parmi les pairs. Même si ce n'est pas l'objectif recherché, il n'est plus possible de passer inaperçu quand on s'habille de façon trop personnelle ou en ne tenant pas du tout compte des tendances.
 

 

B) Emancipation et affirmation de soi

 Dès la tendre enfance, entre 3 et 5 ans, l'habillement est une quête d'autonomie pour l'enfant. Il prend du plaisir à s'habiller tout seul et éprouve de la fierté à pouvoir choisir ce qu'il va porter. Cependant certains parents peuvent ne pas laisser de liberté à l'enfant de ce côté-là: en effet les parents cherchent avant tout à ce que les vêtements de leur enfant remplissent leur fonction pratique (tenir chaud par exemple) et rendent présentable leur enfant. Or, à une période où les goûts de l'enfant sont encore approximatifs et en construction, certains parents préfereront retarder l'âge  auquel ils laisseront plus d'autonomie à celui-ci pour se vêtir.

 

 Lors de son adolescence, période charnière de sa vie, où l'individu se cherche et forge peu à peu sa personnalité le vêtement est une manière pour l'individu d'affirmer sa personnalité et de s'émanciper de ses parents. Il cherche à sortir du cocon familial, et en s'habillant comme ses pairs a le sentiment de se démarquer des adultes.  En effet après avoir passé plusieurs années à se voir imposer sa tenue par ses parents, le jeune ressent une liberté nouvelle à pouvoir s'habiller plus ou moins comme il le souhaite. Bien sûr sa famille pose encore des limites; celles-ci peuvent concerner le budget accordé aux achats vestimentaires ou encore au respect d'une certaine décence.

 

Si un jeune peut s'habiller de façon provocante, cela s'explique par le fait qu'il est dans un âge où il recherche à séduire, susciter le désir et attirer le regard notamment des individus de sexe opposé. Mais il ne se rend pas forcément compte qu'en s'habillant de telle façon, il s'expose également au regard des personnes plus âgées, et cela peut exposer à des risques d'agressions sexuelles! Il y a un décalage entre l'innocence dûe à son âge et à son apparence qui est celle d'un adulte.


Un style vestimentaire peut également être un moyen pour l'adolescent d'affirmer sa personnalité, surtout à partir de 15-16 ans. Grâce à ses vêtements il pourra donner un aperçu de sa personnalité. Pour lui, l'habillement sera un moyen d'expression comme un autre.En effet le style vestimentaire est un indicateur des préférences, habitudes ou encore des croyances de l'individu; des habits ou accessoires peuvent montrer des traits de la personnalité de l'individu (par exemple, si un jeune porte des couleurs "fluo" cela pourra signifier qu'il a une personnalié plutôt extravertie). Ainsi l'individu fusionnera à la fois son goût personnel et les tendances de la société. Un style peut permettre notamment de refléter les goûts musicaux de l'individu: par exemple un fan de rock est susceptible de porter des bijoux cloutés, une veste en cuir, des slims...


 
 C) Les vêtements varient selon le milieu social et le budget

 

    La manière dont se vêt le jeune dépend essentiellement de son milieu social et de son budget. La mode sort peu à peu des clivages entre populations mais on remarque tout de même une persistance des différences entre les milieux.

 

 


 Tout d'abord, dans le temps, au sein des familles pauvres, être 
à la mode était souvent relégué au second plan car ces ménages ne disposaient pas d'un budget suffisant pour renouveler sans cesse leur garde-robe. Ainsi ces familles privilégiaient les enseignes de mauvaise qualité et au coût raisonnable. Cependant, maintenant la plupart des familles à faible revenu sont prêtes à dépenser beaucoup pour permettre, entre autres, à leurs enfants  de bien s'intégrer dans leur établissement scolaire. On constate aujourd'hui que les marques plébiscitées dans les milieux populaires sont essentiellement des marques de sport, par exemple Nike et Adidas; il n'est pas rare de voir un jeune des classes populaires en «total-look» jogging c'est à dire un pantalon et une veste de survêtement assortis, et des chaussures de marque.



 

 

                                                                                                                                                                                      

bourge-1.jpg                                  

 Dans les milieux plus favorisés, par exemple les lycées privés, suivre la mode au plus près est une façon pour l'élite de se distinguer de la masse. Les parents fortunés incitent leurs enfants à montrer leur rang social à travers leur apparence, dans le but de préserver l'image de la famille et ainsi exposer aux yeux de tous leur richesse.  En général dans ces milieux les jeunes privilégieront les pièces de qualité,  de «bon goût» c'est-à-dire pas de tenue trop provocante.

 

Dans une société où l'on pourrait considérer que, contrairement à une expression bien connue, «l'habit fait le moine», l'habillement est une manière de se démarquer selon les milieux sociaux. En voyant l'accoutrement d'un individu, il doit être possible d'identifer sa classe sociale, et de deviner ses moyens financiers.

Sur la photo, une jeune fille des quartiers huppés de Paris

 

 

 

 

 

 



 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site